Puis-je vivre dans mon investissement locatif ?

L’investissement immobilier locatif a le vent en poupe depuis plusieurs années en France. C’est un secteur qui accueille de nombreux investisseurs aguerris ou débutants qui y ont trouvé un actif tangible. Cependant, beaucoup se demandent si, après acquisition d’un bien locatif, il est possible d’y vivre. Si vous en faites partie, découvrons dans cet article l’essentiel à savoir sur le sujet.

Vivre dans son investissement locatif : une possibilité grâce à la loi Pinel

En principe, les logements locatifs sont destinés à la location. Mais, il est possible au propriétaire d’y vivre grâce au dispositif Pinel. Il s’agit en effet d’une loi qui présente un intérêt particulier aux acquéreurs ainsi qu’aux locataires.

A lire en complément : Avantages de l'adhésion à l'AAMOI : protégez vos intérêts en construction!

Que savoir de la loi Pinel ?

Elle est mise en place dans le but de promouvoir la construction des résidences neuves en France. Ainsi, elle participe à l’allègement des investissements, notamment pour les acheteurs et à la réduction des loyers pour les locataires. Dans les faits, elle réduit aux acheteurs les impôts de 12% pour un engagement de location de 6 ans, 18% pour 9 ans et 21% pour 12 ans. Mais au préalable, il faudrait que le bien à acquérir soit situé dans les zones géographiques autorisées comme la zone A bis, A, B1 et B2.

Comment la loi Pinel permet-elle de vivre dans son investissement locatif ?

Vivre dans votre investissement locatif est une possibilité grâce à la loi Pinel. Tout d’abord, sachez qu’elle vous permet de mettre votre bien en location l’année après l’achat. Quant à la durée de location, elle varie selon les modalités définies dans votre contrat. Néanmoins, elle est de 6 ans au minimum et de 12 au maxi. Dès que ce délai s’écoule, vous avez la possibilité de vivre dans votre investissement locatif. Cela ne relève pas d’une obligation. Vous pouvez également le vendre ou changer les tarifs de location et il faut dire qu’il y a des astuces pour le faire.

Lire également : Qu'est-ce qu'un mandataire immobilier indépendant ?

Si vous ne souhaitiez ni vivre dans le logement ni le vendre, vous pouvez tout simplement renouveler votre engagement. Le cas échéant, la durée de la prolongation dépend de l’engagement de départ. Par exemple, pour un premier engagement de 6 ans, la prolongation sera pour 3 ans, pour un total de 9 ans. Cependant, il peut arriver que vous choisissiez d’y vivre bien avant le terme de l’engagement. Le cas échéant, le contrat prend immédiatement fin. Cela étant, vous serez tenu de verser à l’État, l’avantage fiscal perçu.

Quelques obligations du propriétaire à savoir

En tant que propriétaire, vous aurez à faire face à plusieurs obligations à savoir :

  • L’obligation de louer un bien décent ;
  • L’obligation d’assurer la réparation, l’entretien et le fonctionnement du logement ;
  • L’obligation de délivrer gratuitement les quittances de loyer aux locataires ;
  • L’obligation d’assurer la confort du logement.

Quoi qu’il en soit, sachez que vous pouvez bel et bien vivre dans votre investissement locatif.

Les avantages et les inconvénients de vivre dans son investissement locatif

Vivre dans son investissement locatif peut aussi présenter des inconvénients. Le propriétaire doit être conscient de certaines obligations qu’il doit respecter. Parmi ces obligations, on peut citer :

• La nécessité de fournir un logement décent et en bon état au locataire.
• Le respect du contrat de location signé avec le locataire.
• Le paiement des charges liées à l’appartement (charges de copropriété, impôts fonciers).

Pensez à bien vivre dans l’investissement locatif. Si le propriétaire envisage de vivre dans son investissement locatif, il est donc crucial d’être bien préparé et informé sur les responsabilités et les exigences légales associées à ce choix.

Pensez à bien prendre en compte certains aspects financiers avant de décider si oui ou non vous souhaitez vivre dans votre propre investissement immobilier. Effectivement, cela dépendra notamment du coût global du loyer que vous payez actuellement versus celui que vous paieriez si vous emménagiez dans votre appartement loué.

Si vivre dans son investissement immobilier peut sembler séduisant car cela permettrait potentiellement d’économiser sur les frais liés à un autre logement tel qu’un loyer mensuel ou encore le temps passé entre deux lieux différents ; cette option n’est pas sans risques ni conséquences juridiques. Il est donc recommandé de peser le pour et le contre avant d’envisager une telle option avec un professionnel spécialisé dans ce domaine, tel qu’un agent immobilier ou un conseiller financier.

Les critères à prendre en compte pour choisir un investissement locatif adapté à une résidence principale

Si vous envisagez de vivre dans votre investissement locatif, vous devez choisir le bon bien immobilier en fonction de vos besoins et de vos attentes. Voici quelques critères à prendre en compte pour sélectionner un investissement locatif adapté à une résidence principale :

• La localisation : la situation géographique du bien est cruciale car elle peut avoir un impact sur les coûts (transport, commodités) ainsi que sur la qualité de vie.
• Le type d’appartement ou de maison : selon vos préférences et besoins, vous devez savoir si vous souhaitez habiter dans un studio, un appartement plus grand ou encore une maison.
• L’état général du bien : vérifiez l’ensemble des installations telles que l’électricité, la plomberie et toutes les réparations qui doivent être effectuées avant d’y emménager.
• Les charges afférentes à cet appartement (charges communes, etc.) sont aussi importantes. Vous devez donc inclure tous ces éléments dans votre budget afin d’avoir une idée claire des dépenses nécessaires pour y vivre confortablement.

Nul ne peut répondre avec certitude à cette question universelle mais néanmoins personnelle « Puis-je vivre dans mon investissement locatif ? ». Si vous prenez en compte certains facteurs tels que ceux énumérés ci-dessus ainsi qu’une analyse attentive des coûts financiers associés au choix entre votre propre logement versus celui loué, cela pourrait faciliter grandement ce processus décisionnel parfois difficile.

Les étapes à suivre pour transformer son investissement locatif en résidence principale

Si vous avez déjà investi dans un bien immobilier qui est actuellement loué, mais que vous souhaitez le transformer en votre propre résidence principale, voici les étapes à suivre :

• Évaluez la situation locative : avant de prendre toute décision, pensez à bien évaluer votre location. Si le bail arrive bientôt à échéance ou que l’actuel locataire souhaite partir, cela pourrait faciliter la transition.
• Informez votre locataire : si vous avez encore un contrat de location en cours, vous devez informer votre locataire de vos intentions et des démarches à venir. Assurez-vous aussi d’être clair sur les délais et sur ce qui se passera pendant cette période.
• Négociez une sortie anticipée du bail avec le locataire : si nécessaire, négociez une résiliation anticipée du bail avec le locataire afin que vous puissiez occuper rapidement les lieux.
• Planifiez tous les travaux nécessaires pour aménager la propriété selon vos besoins personnels pour y vivre confortablement.
• Effectuez tous ces travaux avant d’aménager définitivement dans cette nouvelle maison.

Rappelez-vous aussi qu’en transformant un investissement locatif en une résidence principale, il peut y avoir des implications fiscales importantes. Parlez-en donc avec un expert comptable qui pourra vous conseiller sur toutes les questions fiscales associées à cet événement particulier.

Les alternatives à la loi Pinel pour vivre dans son investissement locatif

Si la loi Pinel ne vous convient pas ou si elle ne s’applique pas à votre investissement locatif, il existe d’autres alternatives pour vivre dans votre propriété :

• La location-accession : ce dispositif permet aux ménages modestes de louer un bien immobilier avant de l’acheter. Le loyer versé pendant cette période est déduit du prix d’achat final, ce qui rend l’accès à la propriété plus accessible.

• L’accession sociale à la propriété : réservée aux ménages modestes ayant des revenus inférieurs au plafond réglementaire, cette mesure leur permet aussi de bénéficier d’une aide financière pour acheter leur logement.

• Les prêts aidés par l’État comme le PTZ (Prêt à Taux Zéro) peuvent aider les personnes disposant de faibles revenus et souhaitant acquérir un bien immobilier.

Il faut noter que ces mesures sont souvent accompagnées de conditions spécifiques et qu’il faut se renseigner auprès des organismes compétents pour connaître leurs modalités précises. Elles peuvent être restrictives en termes géographiques ou en termes d’éligibilité selon les ressources financières des investisseurs immobiliers.

Il est généralement possible pour un investisseur immobilier d’utiliser son bien mis en location comme une résidence principale sous certaines conditions. Si la loi Pinel peut être une solution intéressante dans certains cas particuliers, il existe aussi plusieurs autres mesures adaptées aux différents profils socio-économiques pouvant permettre à chacun de réaliser ses rêves immobiliers dans les meilleures conditions. N’hésitez pas à vous renseigner et à prendre conseil auprès d’un expert si besoin !

ARTICLES LIÉS